fbpx
YOMI DENZEL , D’Étudiant Fauché à Millionaire en 1 an

YOMI DENZEL , D’Étudiant Fauché à Millionaire en 1 an

Voici Yomi Denzel, il a 23 ans, et est né en Suisse.
Son père venait du Nigéria et était un immigré sans papier et sa mère n’a jamais fait des études supérieures. Il a vécu dans un petit appartement où il mangeait les pattes la plupart du temps, sa mère travaillait pendant 10H du temps par jour pour faire en sorte qu’il ait de quoi vivre.

Il n’avait pas beaucoup. Mais le déclic fut quand il est allé faire un séjour d’une semaine chez son meilleur pote à l’époque. Issu de deux parents architectes, son pote avait donc une villa et une qualité de vie assez élevé et une certaine liberté. C’est là qu’il s’est dit qu’il doit travaillé pour réussir lui aussi.

Dans sa quête de devenir riche, il a essayé de questionner plusieurs personnes comme ses profs, mais tous le dirigeaient vers le chemin de l’emploi.

Après cela, il réussit à décrocher un stage à Nestlé qui a finit par le lasser après quelques temps. La vie se résumerait-elle à se lever tous les matins, prendre le même bus, aller même boulot, répondre du même patron pendant des années ?
Il a comprit qu’il pouvait passer les meilleures années de sa vie à faire cela.

Etant triste et déprimé du fait que le stage ne le correspondait pas car cela n lui plaisait et il ne voyait pas également en quoi les matières qu’il faisait à l’université pour l’aider à devenir libre financièrement.

C’est ainsi qu’il passait la plupart de ce temps sur internet à essayer de trouver une solution et il est tombé sur Tai Lopez.
Après il s’est décidé de tenter le coup et de lancer son Business.

Après l’achat de la formation de Tai Lopez, il a lancé une agence de marketing digital.
Il a réussi à trouver son premier client en 3 semaines et là il s’est rendu compte qu’il y avait une autre possibilité de générer de l’argent.
Il a tout de même remarqué l’agence ne le rapportait néanmoins pas assez du moment où il faisait à peu près de 2500 euros le mois. Dans sa quête de recherche, il a découvert un nouveau business qui lui permettrait de travailler depuis chez lui en ne gérant aucun stock et qui avait un potentiel financier beaucoup plus élevé et ce business est le DROPSHIPPING.

A l’Université, plusieurs jeunes ont essayé de le décourager mais il ne les a pas écouté, après quelques mois, il avait déjà un salaire de Médecin.

Aujourd’hui, Yomi a la plus grande communauté de Dropshipping en milieu francophone avec plus de 300.000 personnes.
Il a un record où il a fait 1 Million d’euros en 24H.
Il a aujourd’hui fait 10 Millions d’euros grâce à ses boutiques et il a formé pleins d’autres jeunes.

A SUIVRE(faites le moi savoir en commentaire si vous voulez que je parle du Dropshipping).

MAUREEN AYITE (Nanawax), une femme battante

MAUREEN AYITE (Nanawax), une femme battante

PARCOURS DE MAUREEN AYITE (NANAWAX)
Jeune Femme Entrepreneure💪💪🤗

Pour ma rubrique « Coup de Coeur », j’ai voulu vous présenter en seconde place cette Jeune femme, Maureen Ayité

Maureen est une jeune femme entrepreneur, fondatrice de la marque Nanawax, modèle photo, conférencière et biens plus encore…😇

 Début de Maureen Ayité

Fondatrice de la marque Nanawax, la béninoise Ayite Maureen créa en 2008 la page Facebook J’aime le pagne de chez moi sur laquelle elle publie des modèles de créateurs utilisant le wax, ainsi que ses propres modèles. Le succès de la page Facebook va conduire Maureen, qui ne pensait pas créée une marque et avoir des boutiques, à lancer en 2012 la marque Nanawax qui a su s’imposer dans l’univers du wax, et fait de la jeune femme un modèle de réussite et une fierté de la mode africaine.

Parmi les meilleurs marques africaines

De 2012 à aujourd’hui, Ayite Maureen a réussi à propulser sa marque Nanawax au top des 25 marques les plus admirées du continent africain. Selon un récent classement du magazine Sud africain africanbusiness, la marque béninoise à bien sa place dans le rang des marques les plus aimées et occupe la 17è place de ce classement.

Etude et Formation

Ayant fait ses études en Langue des Signes Français (LSF), la jeune femme s’apprêtait à faire un stage dans une école des sourds en Bulgarie. Elle a pris 1 mètre de tissus chez sa grand-mère, qu’elle a amené chez des tailleurs pour confectionner les premiers accessoires et modèles qu’elle allait proposer pour une vente privée. Histoire de se faire un peu d’argent de poche pour son stage.

La Page Facebook

La page Facebook ayant de plus en plus de succès, Maureen a décidé de sauter le pas en publiant un tout petit message sur Facebook: « Venez acheter. J’organise une petite vente privée chez une amie. ». Alors qu’elle s’attendait à une dizaine de personne, près de 200 personnes étaient présentes à cette vente à Paris en 2012, pour une vingtaine de bracelets.

Ce fut le déclic. Elle s’est donc dis qu’il y avait là un véritable besoin. Elle a appelé l’école des sourds et leur a dit: « On va repousser le stage de trois mois le temps que je me fasse un peu plus d’argent »😄. Sauf qu’elle a continué de ventes privées en ventes privées. Et n’a plus jamais fait le stage.

Le business commence

Rentrée à Cotonou, Maureen utilisait l’arrière-boutique de sa mère pour faire ses customisations. Quelques temps après, elle ouvre sa toute première boutique à Cotonou et celle d’Abidjan par la suite.

En 2017, le réseau des boutiques Nanawax va s’étendre à Dakar et à Brazzaville. Pour le compte de cette même année, Ayite Maureen repart avec 3 trophées à la grande soirée des Oscars de la Mode Béninoise, dont l’Oscar de la meilleure marque de prêt-à-porter.

En 2018, elle fait l’ouverture de sa seconde boutique à Cotonou de même que la première boutique Nanawax à Lomé. La jeune créatrice ne s’en est pas arrêtée là. La septième boutique de la marque a ouvert ses portes cette année 2019 à Abidjan. Faisant donc 2 boutiques Nanawax dans la capitale ivoirienne. Et ça ne sera sûrement pas la dernière du réseau des boutiques Nanawax.

Nanawax ce n’est pas uniquement que le wax. C’est aussi du Bogolan, en passant par la soie, le satin au Licra et autres tissus traditionnels utilisés en Afrique.. Elle s’impose au-delà du wax pour intégrer des tissus plus africains dans ses créations.

Maureen Ayité a plus d’une corde à son corde. Après ses talents de créatrice de mode, elle a révélé, toujours via les réseaux sociaux, son don pour la décoration d’intérieur.

Elle a fait réaliser plusieurs appartements à Cotonou et à Abidjan, et a montré les coulisses des travaux sur un compte Instagram dédié.

LA CONNAISSAIS-TU AVANT ???

COMMENT TU LA TROUVES ??

SURTOUT, SOUTENEZ EN PARTAGEANT LE POST…

Marie Paule ADJE, le parcours d’une belle femme entrepreneneur

Marie Paule ADJE, le parcours d’une belle femme entrepreneneur

ETUDE

Au Primaire, elle a eu faire deux écoles (Minimes et aux Alouettes) et le collège à Voltaire Marcory et après avoir déménagé, elle s’est retrouvé dans une autre école jusqu’en Terminale. Le genre d’élève très discrète et « pas très bosseuse » en ce temps là…

Après le Bac, elle demande à sa mère de l’inscrire dans une école pourrait devenir hôtesse de l’air car c’était une passion pour elle, sa mère n’était pas d’accord bien évidemment mais avec le temps, elle a fini par accepté. Elle a donc suivi une formation et elle ressort avec un diplôme d’agent de voyage et tourisme. Mais elle remarque que c’était pas ça qu’elle voulait réellement faire et s’est donc inscrite par la suite dans une école d’une libanaise où elle s’est formé en Esthétique et après six (6) mois elle ressort avec son diplôme.

Après cela, elle a voulu retourner à l’école pour faire des études de logistique où elle obtient un BTS.

EXPÉRIENCE PROFESSIONNELLE

Mais avant cela, entre 16 et 18, elle a joué dans la série Teenager en tant qu’actrice et étant mineure elle n’avait pas de possibilités de toucher son argent, ces fonds étaient donc gardés par sa mère.

A ces 18 ans, sa mère lui demanda ce qu’elle voulait de son argent, après réflexion, elle choqua sa mère en disant qu’elle veut ouvrir une boutique de mèche. Ces sœurs ont donc décidé de l’aider.

Un an plus tard, à 19 ans, elle ouvre sa première boutique de Virgin Hair.
En ce temps, les affaires marchaient plutot bien car dans la région, il n’y a avait que deux personnes qui étaient dans ce concept et ayant participé à Miss District, elle a pu avoir une certaine notoriété.

Peu de temps après, elle redescend de son nuage parce qu’elle a mal géré son entreprise, ses finances, ses employés…
Et après, sa boutique a été dévalisé lors d’une nuit.

Après cela, elle a décidé de lancer une collection de vêtements en utilisant son propre nom pour commercialiser et sa page facebook. Avec ces petites compétences de maquilleuse, elle recevait des clients à la maison pour les maquiller car elle manquait de boutique et cela a fonctionné ainsi pendant 2 ans. Hormis cela, Marie Paule a joué dans plusieurs publicités des entreprises…

COMMENT ELLE ARRIVE A C’MIDI ???

Etant une maquilleuse, elle a commencé certaines influenceuses et cette compagne a quand même fait le buzz sur les réseaux sociaux.
En le faisant de plus en plus, elle gagnait en clientèle et en notoriété.

A la fin d’année, elle passe une audition à C’MIDI où elle parle d’elle, de son parcours, son ambition…
Longtemps, elle a été contacté et a appris qu’elle est la nouvelle chroniqueuse de l’émission Mode et Beauté de C’MIDI.

Avant d’arriver à C’Midi, Marie organisait des ventes privés et des événements pour mettre en avant ces produits.
Elle a été également présentatrice de plusieurs événements.

ET MPA COSMETICS ???

Voici l’Histoire…
Marie avait tellement de soucis avec ces cheveux , tellement je vous dis pas… Elle n’arretait pas de bouder mdr…
Elle n’arrivait pas à les entretenir, ils ne poussaient pas, se cassaient étaient en mauvaise état. Elle avait tout essayé, recette de grand mère, pharmacie, produits de super-marchés…

Elle était tellement fatigué qu’elle les a coupé.

Puis soudain, lors d’un voyage elle rencontre une dame qui était directrice d’une usine de produits capillaires, elle a proposé une gamme à Marie, MArie a essayé et Bingo cela a bien marché…

Marie Paule a donc compris que si elle avait ce problème beaucoup de femmes ont eu à avoir ce problème aussi, d’où elle a décidé d’investir des ressources et a lancé MPA Cosmetics.

Aujoud’hui, Marie s’est lancé dans l’immobiler en lançant son premier appartement meublé en compagnie de sa soeur.

 

Verone Mankou, PDG de Vox Médias

Verone Mankou, PDG de Vox Médias

Issu d’une famille relativement grande, je suis né le 23 juillet 1986 à Pointe-Noire, en République du Congo. C’est dans cette ville océane que j’ai fait mes premiers pas dans le monde de l’informatique.

 

Mon incursion dans ce vaste monde était une réussite grâce à l’impulsion de mes parents qui s’étaient vite aperçus de mon amour pour les ordinateurs. Je n’avais que 7 ans lorsque mon père – alors ingénieur dans le secteur pétrolier – me laissait tirer parti de son PC Commodore tournant sous Windows 3.

 

Pendant que ma passion pour l’informatique grandissait de jour en jour, ma mère – qui était institutrice à l’époque – devait s’assurer que j’assimilais bien mes cours. Elle a inlassablement porté son regard bienveillant sur moi jusqu’en 2003, l’année où elle nous a quitté.

Envol

C’est donc en 2005 que je débarque dans le monde professionnel. Dépourvu de toute expérience dans le milieu, j’étais appelé à travailler en tant que freelance pour KeyForIn France qui m’avait confié la mission de développer un moteur de recherche, from scratch, sur un cluster de trente serveurs.

 

Après avoir réussi ce pari, j’avais été sollicité par Afripa Telecom, actuel Alink Telecom, pour faire office d’administrateur réseau. J’y suis resté quelques temps avant de rejoindre, en 2006, le Conseil Congolais des Chargeurs, où j’ai exercé une fonction similaire jusqu’à mars 2008.

 

Au cours de cette période, j’avais su profiter de mon temps libre pour monter une startup que j’avais revendu peu de temps après. De là, ma carrière avait pris une autre tournure.


Octobre 2008, je pose mes valises à Brazzaville. Etant la capitale politique congolaise, c’est là que les grandes décisions sont prises ; c’est l’endroit où il fallait être. Aussitôt arrivé, j’étais désigné pour jouer le rôle d’Attaché aux nouvelles technologies, puis celui de Conseiller, pour le compte du Ministère des Postes et Télécoms.

 

En même temps, j’étais le point focal de la composante 3 du projet de fibre optique Central Africa Backbone (CAB) dont l’objectif était de fournir les connexions de télécommunication de base entre les pays participants.

 

Malgré ma fervente volonté de servir mon pays et mon profond souci de contribuer à son développement, je ne me plaisais plus dans la fonction publique congolaise : j’avais dû raccrocher.

Et, maintenant …

Aujourd’hui, je sers mon pays et l’Afrique d’une manière plus efficace et effective grâce aux multiples cordes que j’ai à mon arc.

 

Je suis un entrepreneur

 

Je suis aux commandes de VMK, une entreprise, fondée en 2009, connue pour avoir mis, sur le marché, la première tablette tactile et le premier smartphone conçus sur le sol africain. Sa mission : combattre la fracture numérique en Afrique en mettant à la disposition des africains des produits technologiques de qualité à moindres coûts.

 

De même, je préside, depuis 2013, une organisation à but non lucratif œuvrant pour la promotion des TIC et de l’entrepreneuriat juvénile en République du Congo. Nommée BantuHub, cette fondation accompagne les porteurs de projets innovants dans le processus de création d’entreprise en les aidant à structurer et matérialiser leurs idées.

 

Depuis 2015, je suis à la tête de Vox Médias, un groupe de presse et de communication basé à Brazzaville qui possède un magazine économique, un site d’actualités et une chaîne de télévision baptisée VoxTV. Le groupe entend faire de la presse utile en apportant à son audience une information vraie et objective ; une denrée indispensable pour les décideurs et les citoyens.

 

Je suis un speaker

 

Depuis près de six ans, je suis régulièrement invité à des conférences et think tank où je partage mes analyses sur des questions liées à l’entrepreneuriat, le numérique ou l’éducation. L’Afrique est très souvent au cœur de ces échanges qui connaissent la participation d’experts de différents domaines. Je profite pleinement de ces échanges dans la mesure où j’y apprends beaucoup. Mais, par dessus tout, je considère ces rencontres comme des occasions en or de partager mon inconditionnel optimisme sur l’avenir du continent.

 

Je suis un auteur

 

J’ai écrit il y a environ trois ans un essai sur le numérique. Cet ouvrage de quelque 66 pages contient des recommandations visant à aider le Congo – et les pays africains – à faire de l’initiative privée leur moteur de croissance. C’est aussi, et surtout, une invite, à l’endroit des africains, à oser l’entrepreneuriat : une discipline dont je me suis fait le chantre car celle-ci est une arme redoutable contre le chômage et la pauvreté. C’est, à mon sens, le principal dispositif qui va accélérer le développement  économique de l’Afrique.

 

Voila, maintenant vous savez tout.

 

Cependant, au delà de mes multiples casquettes, je suis et je reste un rêveur ; un jeune qui rêve d’une Afrique meilleure ; forte et prospère. Ensemble, nous pouvons faire de ce rêve une réalité, si nous choisissons l’action plutôt que l’apathie. L’Afrique de demain se bâtit aujourd’hui.

 

Distinctions

2017

 

Parmi les 100 personnes d’ascendance africaine les plus influentes

• MIPAD 100

Parmi les 365 personnes qui redorent l’image de l’Afrique

• Tropics Magazine | African DOers

 

2016

 

Parmi les 100 leaders économique africains de demain

• Choiseul

Jeune Leader de l’Afrique Gagnante

• Conseil International des Managers Africains

 

2015

 

Prix d’excellence

• Dîner des icônes

Parmi les 100 meilleurs entrepreneurs en Afrique (-30 ans)

• Forbes

Parmi les 100 Africains les plus influents

• New African Magazine

Parmi les 20 bâtisseurs de l’Afrique de demain

• Forbes

Parmi les 100 Africains les plus influents (-40 ans)

• Choiseul

 

2014

 

Parmi les 100 Africains les plus influents

• New African Magazine

Parmi les 100 Africains les plus influents (-40 ans)

• Choiseul

 

2013

 

Primé dans la catégorie TIC

• Congo Awards

Parmi les 30 meilleurs entrepreneurs (-30 ans)

• Forbes

Citoyen d’honneur

• Ville de Brazzaville

 

2012

 

Parmi les 12 Africains de l’année

• Les Afriques

Primé dans la catégorie Management TIC

• Sanza de Mfoa

Dans le top 12 des startups les plus innovantes d’Afrique

• Jeune Afrique

 

2011

 

Prix de la meilleure initiative privée

• Africa Telecom People Awards

Source  : Site de Vérone

Suivez le sur : Twitter

Suivez le sur : Facebook